Trois-Rivières et le plein air de proximité

04.03.2019

Jean-Yves Arsenault, Chef de service des événements et du plein air, Direction de la culture, des loisirs et de la vie communautaire, ville de Trois-Rivières

Par sa situation géographique et ses grands espaces naturels, la Ville de Trois Rivières offre différentes opportunités pour pratiquer des activités de plein air.

 

 

Une partie de la ville de Trois-Rivières est entourée de nombreux cours d’eau. D’abord, la majestueuse rivière Saint-Maurice forme la colonne vertébrale de la Mauricie du nord au sud. Elle attire de nombreux plaisanciers qui peuvent l’explorer en canot, en kayak, en rabaska, en bateau-dragon ou toute autre embarcation. Un corridor est d’ailleurs implanté pour le partage de cette rivière afin qu’elle soit plus sécuritaire pour les petites embarcations. Les utilisateurs de la rivière Saint-Maurice peuvent y découvrir de magnifiques paysages et plusieurs endroits attrayants à visiter. Pour ceux qui désirent se procurer un équipement, le Club de canot-kayak Radisson situé sur le bord de la rivière est disposé à répondre à vos besoins.

 

En bordure de la rivière Saint-Maurice et du fleuve Saint-Laurent, le Parc de l’île Saint-Quentin est un endroit enchanteur. Situé au cœur de la ville de Trois-Rivières, ce lieu naturel met en valeur la faune et la flore. Une passerelle de 750 mètres permet à tous d’y accéder pour admirer sa nature. L’île Saint-Quentin est accessible durant toutes les saisons et l’on peut y pratiquer plusieurs activités de plein air. Que ce soit pour la marche sur les différents sentiers bordés d’arbres et du fleuve Saint-Laurent, le patin ou la glissade en hiver, le camping sauvage, le vélo, la plage sablonneuse et la baignade, tous les membres de la famille et la population en général peuvent en profiter.

 

Le lac Saint-Pierre, réserve mondiale de la biosphère, est un autre plan d’eau accessible. Il est reconnu par la convention de RAMSAR (sur les zones humides). Ce grand lac, à même le fleuve Saint-Laurent est un endroit très recherché par les amateurs de plein air. D’ailleurs, la « Route bleue » borde ce lac. La pêche estivale et hivernale ainsi que la voile, incluant le paraski en hiver, sont des activités privilégiées sur ce cours d’eau. Le Club Multivoile 4 saisons, situé sur le bord du lac Saint-Pierre, est le lieu où l’on peut se procurer tous les équipements qui permettront d’exercer les sports de voile désirés. À l’extrémité est du lac Saint-Pierre, c’est l’endroit idéal pour pratiquer la planche aérotractée (kite surf). Selon les adeptes de ce sport, cet endroit est l’un des plus beaux sites pour l’exercer au Québec, car les vents sont toujours présents et l’espace nécessaire à la pratique de la planche aérotractée (kite surf) est amplement suffisant. Au sud du lac Saint-Pierre, l’organisme Plein Air Ville-Joie offre différentes activités. De plus, les familles et les groupes peuvent y séjourner, et ce, durant les quatre saisons.

 

Pour avoir accès facilement à ces plans d’eau, la Ville de Trois-Rivières offre cinq descentes de mise à l’eau. Ces descentes sont gratuites, à vous d’en profiter! Vous pouvez vous référer au site Web de la ville de Trois-Rivières au pour connaître le lieu des différents emplacements, en cliquant ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Ville de Trois-Rivières offre plus de 300 parcs de différentes catégories, dont des espaces verts pour pratiquer diverses activités libres. Elle favorise la mise en valeur des milieux naturels. En collaboration avec la « Fondation Trois-Rivières pour un développement durable » et de l’organisme « Nature action », des efforts sont investis pour protéger les milieux plus fragiles, comme la « Tourbière Red Mill de Trois-Rivières », et pour les faire connaître à la population. Ces milieux sont accessibles pour la marche dans des sentiers sommairement aménagés. Le Service du sport, des événements et du plein air, en collaboration avec d’autres services de la Ville de Trois-Rivières, travaille présentement à développer des aires écologiques et à les rendre accessibles aux citoyens pour la pratique de différentes activités.

 

Dans une offre de services plus structurée, et forte de son expérience avec Énergie CMB, la Ville de Trois-Rivières poursuit ses efforts auprès de cet organisme de plein air pour la mise en place de sentiers de vélo de montagne et à pneus surdimensionnés (fat bike), de ski de fond et de raquette. Ce site, situé à l’ouest du centre-ville et au cœur du secteur de Pointe-du-Lac, est un joyau pour la population. À quelques minutes de leur résidence, les citoyens de Trois-Rivières ont accès à un site aménagé dans la nature. Il en est de même pour les deux parcs linéaires. En été, ces sentiers asphaltés de 10 km dans le secteur ouest de la ville et de 7 km dans le secteur est sont les plus utilisés par la population. Plusieurs activités de plein air y sont pratiquées. En hiver, ces parcs linéaires sont convertis en sentiers de ski de fond et de vélo à pneus surdimensionnés (fat bike).

 

Trois-Rivières a un réseau cyclable de 94 km ainsi que deux Routes vertes. La route no 5 est celle qui longe la route 138 entre Québec et Montréal et traverse le centre-ville de Trois-Rivières. La route no 4 dans l’axe opposé, nord-sud, relie Trois-Rivières au Parc national de la Mauricie. Cette route verte est accessible par le parc linéaire du secteur ouest. À l’extrémité du parc linéaire, le Lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice permet d’apprécier la nature en sillonnant les sentiers dans les boisés et sur la rive de la rivière Saint-Maurice. La Fontaine du Diable est assurément un attrait touristique de cet environnement.

 

Sur le territoire de la ville de Trois-Rivières, plusieurs organismes, comme le Club plein air Zahra, vous offrent l'opportunité de pratiquer vos activités favorites en agréable compagnie! Que ce soit de la marche, de la raquette, du ski de fond ou du canot en période estivale, ce club vous permettra de découvrir la nature de la Mauricie. De plus, des entreprises privées offrent aussi des activités en plein air, dont cinq terrains de golf de 18 trous, divers sentiers pour véhicules hors route, cinq terrains de camping en milieu naturel, du parachutisme, de l’escalade sur glace et plusieurs autres activités de plein air.

 

La ville de Trois-Rivières est un lieu privilégié pour pratiquer des activités de plein air de proximité. Ville de nature et d’histoire, Trois-Rivières saura satisfaire tous ceux qui voudront bien l’explorer.

 

Pour plus d’information, cliquez ici.

Un plan pour développer la Forêt récréative de Val-d’Or : une belle réussite!

12.05.2018

Luc Lavoie, coordonnateur aux activités sportives et récréatives pour la ville de Val-d’Or

Depuis le début de la colonisation de l’Abitibi, les gens qui occupent le territoire parcourent ses forêts, les exploitent, les utilisent et s’y ressourcent. Située à quelques cinq kilomètres de la 3e Avenue, ou comme dirait « les Colocs », la rue principale, la Forêt récréative de Val-d’Or offre désormais une panoplie de sentiers et d’activités à la population locale et touristique. 

 Activités et installations offertes à la Forêt récréative de Val-d’Or 

Des investissements qui ont du succès

La Forêt récréative, c’est tout près de 1,8 M$ d’investissements provenant de la Ville de Val-d'Or, des clubs utilisateurs, des clubs sociaux et du privé, bien que la planification ne prévoyait que 500 000 $. La Forêt récréative, c’est aussi plus de 100 000 accès par année. Le point de départ de tout cela : un plan de développement.

 

L’élaboration du plan de développement

Le territoire couvrant environ 50 km2, principalement de terre publique, dont est constituée la Forêt récréative, est utilisé depuis belle lurette. Déjà le Club de ski de fond de Val-d’Or y opérait un chalet et des sentiers dans les années 1970. En 2010, le chalet d’accueil désuet et trop près des exploitations de gravière doit subir une cure de jeunesse. Le conseil municipal de la Ville de Val-d'Or décide d’investir 1,4 M$ dans la construction d’un nouveau chalet qui saura répondre aux besoins des fondeurs. Cependant, il est impératif de rentabiliser l’utilisation de ce bâtiment et de le localiser en considération des exploitations environnantes. Le conseil mandate la Corporation des parcs et espaces récréatifs de Val-d’Or, un organisme consultatif qui oriente le développement des parcs et espaces récréatifs, de trouver comment optimiser l’utilisation du nouveau chalet. Vers la fin de 2012, une vaste consultation comprenant tous les intervenants locaux se tient sous la forme d’un « world café ».

 

Une quarantaine de personnes et une dizaine d’organismes ont participé au processus :

Les participants ont travaillé une journée complète répartie en différentes séances de travail :

  • Activité brise-glace.

  • Quelles portions de territoire utilisez-vous dans le cadre de vos activités?

  • Identification des atouts du territoire.

  • Quelles sont les opportunités de développement qu’offre ce territoire et quels en sont les potentiels?

  • Quels projets devraient être mis de l’avant afin de maximiser l’utilisation de la Forêt récréative et son chalet d’accueil pour la population?

  • Quels défis pourraient subvenir dans le développement de la Forêt récréative et comment pourrions-nous les relever?

  • Comment devrions-nous nous concerter et nous entraider pour nous assurer que le développement des activités de chacun se passe dans le respect?

  • Si vous aviez à proposer une vision à la Corporation, quelle serait-elle?

 

Après quelques mois de travail, une première ébauche du plan est dressée. Afin de ne pas brûler d’étape, cette ébauche est présentée aux participants et la Corporation des parcs et espaces récréatifs afin de recueillir les commentaires peaufinant davantage le plan de développement. Si bien que, six mois après la consultation, le plan de développement de la Forêt récréative est adopté par le conseil municipal. 

 

La réalisation et l’appropriation du plan de développement

En 2013, des efforts sont déployés afin de consolider certains actifs. Le chalet d’accueil est ouvert à l’année, un nouveau sentier cyclable en poussière de pierre est aménagé et un service de location de vélo est mis en place. L’année suivante, un autre sentier cyclable en poussière de pierre est aménagé, de même qu’un nouveau garage et une station de santé et d’exercices à l’entrée de la forêt. Le ski de fond, avec les énergies du club et les nouvelles installations, est en pleine santé. L’ajout d’un sentier glacé pour la pratique du patin à glace vient faire exploser l’utilisation du site durant l’hiver. Pour ce faire, un investissement privé de 250 000 $ est injecté pour l’aménagement du sentier. La population s’est maintenant approprié la Forêt récréative, qui est justement un enjeu du plan de développement. Le sentier glacé devient le sentier Agnico-Eagle. Très vite, l’achalandage force l’investissement d’un second chalet, le pavillon Kiwanis-Lemieux, pour accueillir les nombreux patineurs.

 

Du neuf avec du vieux

Fait cocasse, lorsque le nouveau chalet d’accueil fut construit, la Ville s’est penchée sur comment disposer du vieux chalet. Après maintes réflexions, il fut décidé de le récupérer, le déménager et le rénover complètement afin de devenir le pavillon Kiwanis-Lemieux. C’est donc son état désuet qui engendra un plan de développement. Ce même plan qui mènera à sa rénovation, mais dans un tout nouveau contexte. De son côté, le club cycliste Accro-Vélo s’implique aussi avec la création du Vélo-parc Richelieu incluant une « pumptrack ». Plusieurs autres aménagements complémentaires viennent agrémenter l’expérience des utilisateurs, comme un magnifique foyer extérieur accessible aux fondeurs, patineurs et raquetteurs.

 

Le potentiel humain

Tout le succès du développement de la Forêt récréative naît de son potentiel humain. Les utilisateurs (qui furent consultés) ont pris possession de la forêt et ils en sont le principal vecteur de promotion. Le marketing social est aussi très efficace avec une multitude de vidéos de caméras sportives mettant en valeur les différentes activités sur les différents sites Web ou tout simplement les nombreux visiteurs qui sont dirigés à la Forêt récréative par la population locale.  

 

Les efforts récompensés

Cette belle synergie locale fut d’ailleurs soulignée par l’Union des municipalités du Québec qui remettait le mérite Ovation municipale dans la catégorie Économie, tourisme et loisir lors de ses assises en mai dernier. Dorénavant, une table de concertation, représentant les groupes d’utilisateurs de la Forêt récréative, est en place afin d’en assurer son développement harmonieux et respectueux. La Corporation des parcs et espaces récréatifs en collaboration avec la Ville continue de regarder vers le futur et planche déjà sur un second plan de développement pour continuer à améliorer l’accès, les activités et les services de cette forêt au potentiel immense.

Du plein air… accessible pour tous à Victoriaville!

08.30.2018

David Gosselin, agent de communication pour la ville de Victoriaville

Victoriaville est bien ancrée au Centre-du-Québec. Outre la beauté des paysages, les installations exceptionnelles qu’offre cette petite ville incitent à y arrêter pour profiter des activités de plein air et tomber sous son charme.

 

À Victoriaville, nul besoin de rouler pendant des heures, pour pratiquer des activités de plein air En seulement quelques minutes, il est possible d’accéder à des sites enchanteurs comme le mont Arthabaska, le réservoir Beaudet, le parc Terre-des-Jeunes ou encore l’étang Roger-Paquet, pour n’en nommer que quelques-uns. En plus d’être des endroits agréables et attrayants, ces lieux offrent un accès sans obstacle et des aménagements répondant à divers besoins, tant aux jeunes qu’aux personnes âgées ou encore à celles en situation de handicap. Il est même possible d’emprunter des équipements pour faire des découvertes les plus variées les unes que les autres. Vélos, embarcations, raquettes… il y en a pour tous les goûts, même que des équipements adaptés sont à la disposition des personnes handicapées tels qu’une joëllette pour faire de la randonnée, six vélos spécialisés et un kayak adapté.

 

D’ailleurs, Victoriaville est la première municipalité à avoir obtenu la certification provinciale Destination pour tous en raison de son offre touristique accessible, variée et de qualité aux personnes ayant des incapacités.

 

 

Les lieux de pratique accessibles pour tous

 

 

Situé en bordure de la rivière Nicolet, le parc Terre-des-Jeunes offre un circuit nature aménagé de façon inclusive, soit le Sentier des découvertes. Ce sentier, formant deux boucles de 1,5 kilomètre, est accessible aux personnes utilisant une aide à la mobilité. Des panneaux d’informations tactiles, en braille et en gros caractères, ainsi qu’une bordure de protection latérale ont été installés pour guider les personnes ayant une déficience visuelle.

 

Les adeptes de vélo de montagne, de bmx et de randonnée pédestre vont s’en donner à cœur joie en prenant la direction du mont Arthabaska. Il s’agit d’un joyau régional dont les aménagements sont accessibles gratuitement. Il est d’ailleurs possible de s’y divertir de multiples façons, que ce soit par des activités de plein air ou encore par des événements tels des séances de cinéma ou des spectacles au grand air.

 

Les cyclistes, qui ont accès aux 58 kilomètres de réseau cyclable municipal, apprécient faire une pause au parc du réservoir Beaudet. Ce magnifique site, particulièrement lors de la saison migratoire, est un lieu privilégié pour le contact avec la nature et l’observation d’oiseaux. À partir de ce parc, il est également possible de poursuivre son escapade à vélo sur la Route Verte numéro 1, un tronçon régional long de 77 kilomètres.

 

 

La Santé urbaine y règne!

 

 

Victoriaville n’est pas qu’un milieu de vie, c’est un mode de vie. La Santé urbaine est au cœur de son développement. Cette philosophie se répercute tant au niveau économique que social et physique. La qualité des infrastructures de sport et de loisir qui s’y trouvent le démontre bien.

 

De plus, Victoriaville est l’investigatrice du mouvement Hop la Ville qui prône les saines habitudes de vie au sein de la population en organisant, entre autres, des journées mensuelles d’activités gratuites pour faire bouger petits et grands. De plus, la ville multiplie les projets orientés vers la protection de l’environnement, comme l’Écoparc industriel, le Jardin des rendez-vous et le potager urbain créé par et pour les citoyens.

 

Enfin, le magnifique centre-ville de Victoriaville, fraîchement réaménagé et d’un cachet unique, incite à la marche. La grande majorité des restaurants, boutiques et commerces est accessible à tous.

 

Il est vrai que chaque coin de pays possède ses attraits, mais pour le dynamisme de sa communauté, la philosophie de sa population, son accessibilité, sa beauté et la diversité des activités offertes dans un rayon restreint, Victoriaville et sa région méritent d’être visitées et découvertes par les jeunes et moins jeunes.

 

Bienvenue à Victoriaville, une ville inclusive où il est possible d’y vivre une vie… Rêvée!

Pour plus d’informations, cliquez ici.

Une nouveauté: de la voile adaptée à Carleton-sur-Mer

04.05.2018

Marjolaine Mineau, agente de communication chez Loisir et sport Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine

Pour vivre une expérience en mer sur un voilier stable, sécuritaire et facile à manœuvrer!

 

Depuis plusieurs années, des amateurs de voile souhaitent développer la pratique de la voile adaptée sur le plan d’eau exceptionnel qu’est la Baie-des-Chaleurs, en Gaspésie. L’été dernier, à l’initiative de l’organisme Écovoile Baie-des-Chaleurs, une première activité d’initiation à la voile s’est déroulée à Carleton-sur-Mer, avec la précieuse collaboration de l’Association québécoise de voile adaptée (AQVA), sur un petit voilier adapté de type Martin 16. 

Cette activité a donné le coup d’envoi pour démarrer un club de voile adapté récréatif qui verra le jour cet été, chapeauté par l’organisme Accès-Cycle, qui a pour mission la promotion et le développement du sport pour les personnes handicapées sur le territoire de la Gaspésie. Notons que la Ville de Carleton-sur-Mer soutient les actions d’Écovoile Baie-des-Chaleurs depuis ses débuts et c’est avec beaucoup de fierté qu’elle encourage le développement de ce tout nouveau projet qui permet d’élargir l’offre de loisirs pour tous dans la péninsule.

 

Les personnes vivant avec un handicap ou des limitations physiques sont invitées à laisser leur fauteuil roulant sur le quai puisqu’un lève-personne leur permet de prendre place dans l’embarcation, de manière tout à fait sécuritaire. Une fois installé, le participant manœuvre le voilier en utilisant les cordes et une manette qui lui est facilement accessible. À chaque sortie en mer, un instructeur d’Écovoile Baie-des-Chaleurs, formé par l’AQVA, accompagne le participant sur le Martin 16. Des sorties d’initiation sont déjà prévues pour faire découvrir cette nouvelle activité de loisir adapté.

 

Pour plus d’informations cliquez ici.

Le parc du Mont-Bellevue et la Ville de Sherbrooke

12.12.2017

Annie Fréchette, agente professionnelle au service des sports, de la culture et de la vie communautaire de la Ville de Sherbrooke

Le parc du Mont-Bellevue : un nouveau modèle de gestion

 

Niché entre le campus universitaire et les quartiers résidentiels de l'ouest de Sherbrooke, le parc du Mont-Bellevue est le terrain de jeu par excellence des amoureux de la forêt, du plein air et de l'activité physique sous toutes ses formes. Jusqu'à tout récemment, une partie du parc du Mont-Bellevue, soit la station de ski, était administrée par une entreprise privée. Depuis peu, un nouveau modèle de gestion a été mis en place, visant cette fois l'ensemble de ce grand parc municipal, grâce à un partenariat entre la Ville de Sherbrooke et un organisme à but non lucratif : le Regroupement du parc du Mont-Bellevue (RPMB).

 

Mission : développement durable quatre saisons

 

En 2016, le contrat de l'entreprise responsable des activités hivernales au mont Bellevue arrive à terme. Dans une volonté de redonner à la population sa montagne et de reprendre les rênes de la station de ski, la Ville de Sherbrooke confie au RPMB le mandat de gérer ce parc et d'en faire un lieu animé quatre saisons. Dans son conseil d’administration, l’organisme regroupe différents membres citoyens ainsi que de nombreux représentants d'organismes et de partenaires qui orientent les décisions et proposent de nouveaux projets.

 

Par le biais de cette nouvelle formule, les deux partenaires ont chacun des fonctions bien définies. Avec le financement fourni par la Ville de Sherbrooke, le RPMB veille au bon déroulement des diverses activités et du fonctionnement général du parc. Durant l'hiver, ceci se traduit par la gestion d'une billetterie, d'une école de ski et d'une concession alimentaire (sous-traitance). De son côté, la Ville de Sherbrooke s'assure de l'entretien de la station de ski et du réseau de sentiers du parc. D’ailleurs, l'achat de nouveaux équipements permettra dès cette année de bonifier l'état des sentiers de ski de fond.

 

Avec ce partenariat, la Ville de Sherbrooke confie aussi au RPMB la mission d'initier la population aux sports de glisse, et ce, au cœur même d’une région où les sommets skiables ne manquent pas. Un tapis remonte-pente, une nouvelle remontée mécanique quadruple et de récentes améliorations apportées au dénivelé du pied de la montagne attestent de la volonté de s'adapter aux besoins d'une clientèle majoritairement familiale et débutante.


Une forêt urbaine remplie de potentiel

 

Le parc du Mont-Bellevue, c'est d'abord un massif naturel comprenant deux sommets : le mont John-S.-Bourque et le mont Bellevue, culminant respectivement à 380 m et à 333 m d'altitude. Surmonté d'une croix lumineuse, c'est le mont Bellevue qu'on peut apercevoir de presque tous les points de vue sherbrookois. Se partagent la propriété de ce poumon vert, la Ville de Sherbrooke et l'Université du même nom, dont le prolongement du campus est ni plus ni moins que la partie la plus à l'ouest du parc du Mont-Bellevue.

 

Situé en plein cœur de la ville, le mont Bellevue est une destination de loisir accessible et abordable. On peut s'y rendre aisément à pied, à vélo ou en transport en commun, un atout pour la clientèle de tous les âges qui vient y pratiquer une foule d'activités gratuites. Randonnée pédestre, course à pied, raquette, ski de fond, vélo de montagne et vélo à pneus surdimensionnés (fatbike) n'en sont que quelques exemples.

 

L'hiver, le parc du Mont-Bellevue se remplit d'amateurs de sports de glisse. En effet, depuis les années 1960, la Ville a tiré parti de la modeste altitude du mont Bellevue pour faire de son versant nord une montagne-école, toute désignée pour l'apprentissage du ski alpin et de la planche à neige. Deux pistes de glissade sur tube s'ajoutent à l'équation.

 

En constante évolution, le parc du Mont-Bellevue aspire, pour les prochaines années, à se développer de façon durable en accord avec les attentes citoyennes, tout en demeurant, en plein cœur de la ville, une oasis de nature chérie par la population.

Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now